Presse

Ils parlent de l'Agence Lumière

Aix les bains

Project Fort Saint-Jean - marseille, France

LUX - Vendredi 31 Janvier 2014

A historic French fort is transformed into a moonlit wonderland at night.
The lighting designers, L’Agence Lumière used fittings developed for the theatre and live events


Fort Saint-Jean, a 400-year-old military complex at the entrance of the Vieux Port of Marseille, has undergone a massive renovation to return it to its former glory The main challenge for the lighting designers was to transform the monument into a new living space and night-time walk area. The lighting had to make it easy for guests to visit the many different areas of the fort after dark.

Maritime connection
The monument dates back to the 17th century and played a key role in the country's defences. Tbday it is a part of MuCEM, a museum that symbolises the connection between Marseille and the Mediterranean. The area includes several Mediterranean-style gardens, but when night falls the landscape and structure metamorphose into an atmospheric place of moonlight and shadow

"The lights add some texture, playing with shadows and contrast" Régis Clouzet, L’Agence Lumière

The light changes throughout the evening. As the sky darkens, warm white light surrounds the fort, displacing the sunlight. Then a more bluish light appears, simulating moonlight.

Visual impact
Lighting design company L’Agence Lumiere achieved this effect using 17 Martin Exterior 400 image projectors with rotating gobo and colour wheels. The projectors include seven 50W white LEDs powerful enough to deliver the visual impact required.
On the impressive Place d’Armes or in the Cour de la Commande, the Martin lights add some texture, playing with shadows and contrasts, explains Régis Clouzet, senior lighting designer and owner of L'Agence Lumière. ‘It gives the illusion that the ground is moving and vibrating.’
Other lighting elements used in the renovation include six Martin Exterior 410 fixtures along with 13 Tripix Wash and 11 Tripix 1200 luminaires. These help to create colourful effects, for special occasions. ‘During cultural events, this slowly moving lighting is changed to a more festive ambience, says Clouzet.

Seventeen image projectors with rotating gobos and colour wheels give the illusion the ground is moving and vibrating
Warm white light is displaced by cooler, bluish light as night falls

Télécharger le PDF
Aix les bains

Fort Saint-Jean

Mondo Arc - Lundi 13 Janvier 2014

For over 400 years, Fort Saint Jean has stood guard at the entrance to Marseille’s Old Port. First constructed on the orders of Louis XIV in a bid to strengthen the city’s defences, the site began its life as a histor­ical monument in 1964 when it was handed over to the Ministry of Culture. It housed the department of underwater archaeologi­cal research until 2005, when work began to incorporate the Fort into the larger MuCEM complex.


INTERIORS
The architectural management of the Fort’s interior spaces and accessibility require­ments was handled by Roland Carta, along­side Rudy Ricciotti. Just under 1200sqm of exhibition space was created, allowing additional pieces from MuCEM's extensive collection to be displayed on a five-year rotation. These galleries occupy the ‘village’ of buildings within the fort walls - specifically the Chapelle Saint-Jean, the Galene des Officiers and buildings ‘E’ and 'G'. As with the J4 building, interior lighting was designed by 8'18”. They specified a system of Erco Optec LED spots and Firalux micro-projectors for these gallery spaces. 8'18” also devised lighting for the I2MP and Georges Henri Rivière buildings.

The former includes an entrance to the mu­seum via the Old Port, as well as a conser­vation training centre, library and offices. Working with Roland Carta architects, the team integrated lighting into the furniture of the space, creating an appealing glow for visitors as they enter the lower courtyard. Inside the building’s classrooms and library a simple system of 16mm fluorescent linear fixtures with louver optics are controlled by a daylight sensor, while additional compact fluorescent down lights are triggered by motion sensors.

An exterior staircase runs up the outside of the building, concealed behind a perforated metal façade. The architects requested that 8’ 18” create a subtle play of light with this surface. To do this, they illuminated the stairways, allowing light to spill through the perforations. On the north façade, a strip of asymmetrical, directional LED is attached to the cladding’s metal frame The Georges Henri Rivière buildings houses a cookery workshop in its east wing and a museum bookshop in the western section, in addition to a central space for temporary exhibitions. Here, Erco Hi-trac incorporates a 54W fluorescent provides indirect lighting as well as a structure on which to mount lighting for temporary exhibitions.


EXTERIORS
As an important part of the Fort Saint Jean redevelopment process, a new exterior lighting scheme was developed by L’Agence Lumière.

Their approach was threefold. Firstly, they focused on accentuating certain parts of the structure in order to reveal its historic char­acter after nightfall. Secondly, they worked with landscape architects Agence APS, to illuminate a new Garden of Migrations - a botanical history of the Mediterranean Basin constructed within the walls of the Fort. As well as picking out selected foliage among the various flora, lighting draws visitors along a new footpath that runs through the Fort complex, linking via the Fort’s two floating footbridges to the J4 and Le Panier district of the city. LED fixtures from LEC Lyon proved the mainstay of the lighting fixtures on the Fort, providing a pallet of fixtures with the proven robustness required to endure the elements.
The final element of the scheme involved the addition of Martin Professional event lighting to create an almost fantastical dreamlike quality to the the footpaths and courtyards. As the sun sets, a hot white light slowly envelops the Fort. This then shifts imperceptibly towards a more blue- white that mimics bright moonlight.
The intent here was to provide a sense of calm in which tourists and locals could enjoy an evening promenade.

Controlled by a Martin Pro M2G0 control console, all exterior lighting remains active until 1am when, by law, it must be switched off.

Télécharger le PDF
Aix les bains

Fort St Jean - Marseille - France

Lighting Today Singapour - Dimanche 22 Décembre 2013

Fort Saint-Jean, emblematic symbol of the Old Port of Marseille, has been beautifully rehabilitated. A carefully designed lighting scenography, with the help of L’Agence Lumière and APS agency landscape designers, highlights the new cultural and festive life of the fort.

Overlooking the port of Marseille, the garden of Fort Saint-Jean extends the Museum of European and Mediterranean Civilisations (MuCEM) and connects Marseille to its history. The Garden of Migrations, which invites visitors to discover the fort, reminds them of the intermingling of the different cultures found throughout the Mediterranean using a succession of images.

The main intent of the project is to give visitors, at nightfall, a quality experience that is both aesthetic and functional, allowing Fort Saint-Jean to become an inviting place for a promenade or nighttime visit. The makeover has accentuated both the cultural and festive elements of Fort Saint-Jean’s unique characteristics. The lighting
scenography has accentuated the site in a balanced manner, from both close-up and far away.

The goal of the lighting project was to conceal all of the technical instruments as much as possible. The lighting had to be completely integrated and have the ability to adapt to the various functions of the site, all while respecting the historical dimensions of the fort. At night, the illuminated scenography allows the fort to enter into a new period of modernity (transformational and festive dimensions).

On Fort Saint-Jean, the concept is a clear moonlit walk. Light changes throughout nightfall – in the evening, a hot white light slowly envelops the fort, replacing the light of the sun and comes to rest on the entire site. Then, imperceptibly, the white light leaves room for a bluish light that gives the impression of a clear moon. Meanwhile, the walkways have been redesigned with an accompanying light, as if the lights have the ability to take each visitor by hand and invite him to venture into the corners of the fort for a journey, urging calmness and reverie.


About the Designer, Régis Clouzet
Régis Clouzet is a lighting designer and has worked since 1992 in urban and architectural lighting both in France and abroad. After having co-founded Atelier Lumière in 1996, he now runs Agence Lumière.
Member of the ACE (Association des Concepteurs lumière et Eclairagistes), and drawing his inspiration from his twenty years of experience, he designs important projects in France and abroad.
Régis Clouzet works with architects and landscape designers in multidisciplinary teams on planning operations, and independently on permanent lighting projects. His diverse training and artistic ability allows him to understand the wishes and needs involved in complex projects, and to respond to them appropriately. He brings a central and indispensable perspective at every level to the projects undertaken.

For more information about L’Agence Lumière,
please visit www.agence-lumiere.fr.

Télécharger le PDF
Aix les bains

De nouvelles lumières pour la tour Montparnasse à la Saint-Sylvestre

Batiactu - Lundi 9 Décembre 2013

La tour Montparnasse s'éclairera de nouvelles couleurs pour la Saint-Sylvestre. C'est Régis Clouzet, concepteur lumière de la Tour, qui a imaginé une création autour du blanc et du rouge.

Symbole du quartier Montparnasse, la tour prendra de nouvelles couleurs à l'occasion du nouvel An.

Régis Clouzet, concepteur lumière de la Tour, a joué sur des teintes rouges et blanches. Objectif : offrir des images féériques. Pour cela, des tableaux dynamiques monteront en puissance jusqu'à minuit. Heure à laquelle l'intensité sera la plu forte. A 23h59, un décompte sera projeté en façade en attendant 2014. Ensuite, le gratte-ciel restera éclairé jusqu'au petit matin.

Dans un objectif environnemental, la tour a opté pour des diodes électroluminescentes (LED) de nouvelle génération. "La Tour Montparnasse régule également ses flux lumineux pendant les plages horaires où les usages sont les plus faibles avec la possibilité d’éteindre l’installation à tout moment", précise un communiqué de la tour.

Télécharger le PDF
Aix les bains

Grenoble métropole du XXI siècle

Pierre Jayet - Lundi 28 Octobre 2013

L’hôtel particulier Croÿ-Chanel et Bucher, rue Brocherie,
témoigne du passé florissant de la ville.
Grandes baies géminées et médaillons,
consoles à volutes et frontons ornent la bâtisse et sa cour.
L’éclairage patrimonial a été confié à Régis Clouzet de l’agence
lumière avec à la clef le Prix Rhône-Alpin du patrimoine 2011.

The Croÿ-Chanel and Bucher hotel particulier
in rue Brocherie testifies to the city’s prosperous past.
Large gemel windows, spiral consoles and pediments
decorate the building and its courtyard.
Régis Clouzet, from Agence Lumière, manages lighting of the
heritage sites, winning the Rhone-Alpes prize for heritage in 2011.

Télécharger le PDF
Aix les bains

La Tour Montparnasse fête ses 40 ans en son et lumière

Huffingtonpost - Jeudi 12 Septembre 2013

Les passants pourront profiter gratuitement d'un spectacle de son et lumière au pied de la Tour Montparnasse, jeudi 12 septembre dès 20 heures, pour fêter le 40e anniversaire du bâtiment. L'Orchestre du Paris Bal Rock accompagnera en chansons un show imaginé par le concepteur lumière Régis Clouzet et l'agence La lune rousse.

Le 18 juin 1973, Paris prenait de la hauteur. 210 mètres pour être exact. Car il y a quarante ans, le gratin parisien inaugurait la Tour Montparnasse, la plus haute d'Europe à l'époque, et l'unique gratte-ciel de la capitale depuis.

Le 18 juin dernier, la Demoiselle de béton fêtait donc ses quarante ans. Quarante ans de polémiques, de critiques et de débats... car cette tour n'a cessé d'être décriée par les Parisiens. "La plus belle vue de Paris? C'est du haut de la Tour Montparnasse puisque c'est le seul endroit d'où on ne la voit pas", peut-on entendre au sujet de ce gratte-ciel accusé de "défigurer Paris".

L'histoire de la Tour Montparnasse c'est donc beaucoup de passion et de haine, et c'est tout le propos de La Tour Montparnasse 1973 - 2013, Je t'aime... moi non plus, l'ouvrage que viennent de publier Sylvie Andreu et Michèle Leloup aux éditions de la Martinière.

Ces deux journalistes férues d'architecture signent en effet la première biographie de la Tour, un livre d'histoire mais aussi de témoignages puisque les textes des deux auteurs y côtoient les verbatims d'experts. Le HuffPost a rencontré ces amoureuses de la Tour, au 56ème étage, pour tenter de comprendre pourquoi ce gratte-ciel a déchaîné -et déchaîne encore- les passions.

Télécharger le PDF
Aix les bains

La tour Montparnasse fête ses 40 ans en chansons

Life and style - Vendredi 6 Septembre 2013

La tour Montparnasse fête cette année ses 40 ans.

Pour célébrer cette anniversaire comme il se doit, un grand concert gratuit festif et populaire est organisé au pied de la tour au son de l’orchestre du Paris Bal Rock à 20h le 12 septembre.

Lors de ce concert en plein air, il sera possible de danser mais aussi de se restaurer avec les nombreux food trucks qui vous proposeront hotdogs, gaufres…

Il vous faudra attendre la nuit tombante pour admirer le spectacle de son et lumière, imaginé par Régis Clouzet.

Aussi, si vous avez le temps un de ces jours, n’hésitez pas à monter en haut de cette tour qui domine tout Paris, la vue y est magnifique, à 360° avec une vue direct notamment sur le Champ de Mars et la Tour Eiffel.

Télécharger le PDF
Aix les bains

Pour ses 40 ans, la tour Montparnasse se pare de lumière

France BTP - Mardi 27 Aout 2013

L'Ensemble Immobilier Tour Maine-Montparnasse célèbrera les 40 ans de la mythique tour parisienne le 12 septembre prochain à l'occasion d'un son et lumière inédit.

Depuis 2012 la Tour Montparnasse s'est dotée d'une nouvelle signature avec une scénographie lumière écologique. Sa modernité est davantage soulignée par cet éclairage pérenne et évolutif.

A ce jour, elle consomme l'équivalent de l'énergie consommée par 10 fers à repasser branchés simultanément.

Le spectacle, conçu et imaginé par le concepteur lumière Régis Clouzet et l'agence La Lune Rousse, aura lieu le 12 septembre prochain au pied de la Tour Montparnasse.

Télécharger le PDF
Aix les bains

La Tour Montparnasse fête ses 40 ans en musique et en lumière

Sortir à Paris - Caroline J. - Lundi 26 Aout 2013

Rendez-vous le jeudi 12 septembre 2013 au pied de la Tour Montparnasse pour célébrer dignement ses 40 ans. Au menu ? Grand concert gratuit, spectacle de lumières, bougies, ballons, friandises…

Le jeudi 12 septembre prochain, il risque d’y avoir du monde au pied de la Tour Montparnasse… Et pour cause, la célèbre Tour de la capitale célèbrera ses 40 ans dans la joie et la bonne humeur avec un programme unique, organisé autour d'un grand concert gratuit mais aussi d'un spectacle son et lumière à ne pas manquer !

Pour ce faire, l’Ensemble Immobilier Tour Maine-Montparnasse a décidé de convier tous les Parisiens à partager cet évènement. De 7 à 77 ans, tous sont invités à venir danser au pied de la tour, au son de l’Orchestre du Paris Bal Rock

Les quadras qui fêteront comme la Tour leur 40ème décennie seront certainement les plus inspirés et reprendront en chœur le répertoire musical des années 1970 à nos jours, interprété par l’orchestre.

Et si la faim vous guette, sachez que vous pourrez vous restaurer grâce à food trucks installés sur le parvis : hot dogs, pommes d’amours, gaufres…

En plus d’en prendre plein les oreilles, vous en aurez plein les yeux grâce à un spectacle son et lumière inédit ! Pour ses 40 ans, la Tour revêtira ainsi ses plus beaux atours à travers un véritable show à ne manquer sous aucun prétexte…

Plus qu’une simple mise en scène lumineuse, ce spectacle a été conçu et imaginé par le concepteur lumière Régis Clouzet et l’agence La Lune Rousse. Dès la tombée de la nuit, vous pourrez ainsi découvrir cette étonnante surprise visuelle et musicale.

Télécharger le PDF
Aix les bains

Le Pont de Claix - Le château d'eau, star de la Fête nationale

Le Dauphiné libéré - Lundi 15 Juillet 2013

Le spectacle offert samedi soir dans le cadre des festivités du 14 juillet a ravi le public. Au stade des Deux-Ponts, les Pontois ont pu assister à un beau feu d'artifice et admirer le château d'eau illuminé aux couleurs du drapeau tricolore.

Un projet de revalorisation entamé en 2010

Tous les soirs, les pontois pourront désormais apercevoir le château d’eau illuminé et ce jusqu’à une heure du matin, en raison de la réglementation relative à la limitation de l’éclairage nocturne des bâtiments non résidentiels, entrée en vigueur le 1er janvier dernier. Visible dans un rayon de 15 km, de Grenoble à Vizille, le monument, qui a fêté ses 70 ans en 2011, « est un point de repère dans le sud de l’agglomération. » Mieux, « il fait du Pont-de-Claix la commune centrale du sud de l’agglomération », selon Fabrice Deutsch, adjoint aux festivités.

Pour rappel, le coût de la rénovation extérieure du château d’eau (dont la façade est désormais blanc cassé), par ailleurs abrité d’un toit doré, s’élève à 230 000€. Ce coût a suscité bien des débats lors des conseils municipaux. Quant au projet d’ouverture du château d’eau au public, il a été abandonné par la ville pour cause de restrictions budgétaires.

Un projet lancé au printemps 2010

Le projet en lui-même est né au printemps 2010. A cette période, le maire Christophe Ferrari annonçait que la revalorisation du château d’eau était en marche. Un concours d’idées avait été lancé par la ville. L’objectif : se demander à qui ressemblera le château d’eau de demain, quelle sera son utilité et son rôle au sein de la commune. Des bureaux d’études, des architectes et des étudiants du monde entier s’étaient intéressés à ces questions.

Cinq projets avaient alors été retenus par le jury composé de Christophe Ferrari, de Sam Toscano, premier adjoint en charge de la culture, d’élus et de techniciens. Jean Pierre Allègre, architecte-conseil de la ville en 2010 et Hélène Schmidgen-Benaut, architectes des bâtiments de France, ont également été sollicités.

Télécharger le PDF
Aix les bains

La Tour Montparnasse souffle ses 40 bougies

La vie Immo - Vendredi 14 Juin 2013

La célèbre tour du 15è arrondissement fête ses 40 ans ce vendredi 14 juin.

Le 14 juin 1973 débutait le chantier de cette tour de bureaux appelée à dominer le ciel français jusqu’en 2011. Haute de 210 mètres et comprenant 59 étages, la tour Montparnasse a 40 ans aujourd’hui.
Franchement laide pour certains, emblématique d’une époque pour d’autres, la deuxième plus haute tour de bureaux de France derrière la tour First (210 m), à La Défense, a toujours su inspirer les Parisiens.

Un ouvrage revient sur ces 40 années d’amour vache : La tour Montparnasse 1973-2013, je t'aime... moi non plus*, par les journalistes et auteures Sylvie Andreu et Michèle Leloup.

Quadragénaire, mais toujours dans le coup. La tour s’habille depuis le début 2012 d'un nouvel éclairage nocturne, évolutif « en fonction des saisons ».

Celui-ci utilise la technologie LED, peu énergivore, permettant à la tour de consommer « l'équivalent d'à peine 10 fers à repasser », a expliqué au Parisien Régis Clouzet, le concepteur du projet.

Peu flatteur. En 2008, le VirtualTourist.com a classé la Tour Montparnasse deuxième édifice le plus laid du monde, derrière le Boston City Hall, à l'architecture brutaliste. Il n'empêche, pas moins d'un million de touristes font le déplacement chaque année. Pour les réfractaires, en montant au sommet, le superbe panorama de Paris vaut certainement le détour. Et c'est le seul endroit de Paris où on ne la voit pas !

Télécharger le PDF
Aix les bains

Château d'eau

Ville de Pont de Claix - Jeudi 13 Juin 2013

Construit sur un piton rocheux aménagé en parc urbain et surplombant le pont Lesdiguières qui enjambe le Drac, le château d'eau de Pont de Claix marque symboliquement cette entrée de ville et d'agglomération. Cet édifice, construit en 1941, visible de loin, fait partie intégrante du patrimoine de Pont de Claix.

Haut de 27 mètres et d'une contenance de 500 m3, le château d'eau constitua la pièce maîtresse d'un grand projet d'adduction et de distribution d'eau potable comme on en vu naître partout en France dans les années d'entre les deux guerres. La source alimentait le réseau se situe sur la commune de Claix et garantissait la production de 800 litres / minute. Ses eaux étaient recueillies par gravité dans le château d'eau édifié sur la colline du parc Borel, point culminant de la ville. Les plans de l'avant-projet furent établis par Monsieur Escalon en 1936 et le projet définitif reçut l'approbation de la Préfecture deux ans plus tard. Avec l'arrivée de la guerre, l'édification du château d'eau connut quelques déboires et ralentissements mais l'eau arriva enfin au robinet des Pontois courant 1941. Abandonnée pendant quelques années au profit de l'eau de meilleure qualité distribuée par le réseau du SIERG, l'eau des sources de Jayères fut à nouveau utilisée en 1983 pour alimenter le secteur de l'usine Rhône-Poulenc et le château d'eau repris du service pour quelques temps. Aujourd'hui définitivement désaffecté, il abrite la sirène du réseau national d'alerte ainsi que des antennes de relais de télécommunication mobile.

En 2009, la municipalité a souhaité mettre en valeur cet ouvrage, tant sur le plan esthétique que sur sa fonctionnalité. Un appel à idées a été lancé, demandant de prendre en compte le traitement de l'apparence du bâti ainsi que l'utilisation du château d'eau. Des seize projets ayant répondu à la proposition de la ville, il en a été retenu plusieurs, tous présentant un intérêt (particulier lié à la fonction du lieu, sa transformation ; ou plus global, prenant en compte son environnement).

Plusieurs critères, notamment historiques (le château d'eau est situé dans le périmètre du pont Lesdiguières, classé en monument historique) et techniques (le site abrite des antennes relais de télécommunication) devant être pris en compte, la municipalité a choisi un projet intermédiaire consistant en l’installation d'un phare sur la plate-forme du château d'eau, à la réfection des façades et de la coupole et à l’aménagement des abords.

Les travaux de rénovation et de mise en valeur du château d'eau, lancés en avril 2013, prévoient une rénovation de la structure : la corniche sera revue et le fût peint en gris, couleur imposée par les bâtiments de France ; la coupole sera de couleur sable. Le mandataire de l'équipe est l'agence d'architecture Agence à TROIS accompagnée du bureau d'études Alp'Etudes.

La mise en valeur nocturne du "phare urbain", conçue par L'Agence Lumière, aura lieu chaque soir à partir du 13 juillet 2013. Un faisceau lumineux panoramique, installé au sommet du château d'eau, balayera à 360° le ciel de Pont de Claix et des communes avoisinantes jusqu'à 4 km. Des projecteurs posés en sous-face de la corniche éclaireront la canopée (cime des arbres) et le fût sera éclairé par 3 projecteurs à effets posés sur des mâts en contrebas munis d'un mécanisme permettant d'animer des images projetées sur le château d'eau. Cette mise en lumière dynamique du fût permettra de souligner le volume architectural. Un subtil jeu de couleurs et de reflets à travers les arbres donnera une toute nouvelle texture au bâtiment, l'objectif étant de valoriser la canopée ceinturant l'éperon rocheux, révélant au fil des saisons les masses arborées.

Le coût total du projet s'élève à 330 000 €, les redevances versées par les opérateurs téléphoniques disposant d'antennes relais devraient permettre d'amortir le projet sur une dizaine d'années.

Télécharger le PDF
Aix les bains

Le Fort St Jean, une balade au coeur de l'histoire de Marseille

Frquence sud - Lundi 3 Juin 2013

Pour la première fois, le public va pouvoir se réapproprier le Fort Saint Jean. Une magnifique balade dans ce lieu chargé d'histoire surplombant le Vieux Port. Découverte.La construction du MuCEM a aussi été l'occasion de rénover de fond en comble le Fort Saint-Jean afin d'en faire un lieu de promenade inédit au cœur de Marseille. Construit à partir du 12e siècle, les fortifications actuelles datent surtout du 17e siècle. Jusqu'à présent l'accès à ce lieu était interdit au grand public. Une décision qui paraissait incompréhensible tant le lieu est propice à la balade et à la découverte de tout un pan de l'histoire de Marseille. Près de 1200 m² sont consacrés aux expositions permanentes (Le Temps des Loisirs) ou temporaires (Les Choses de ce coté du Monde), mais elles n'occupent qu'une toute petite partie du Fort St Jean. Le public peut aussi déambuler dans cette toute petite citadelle, comme un village au cœur de la ville : son église, ses maisons, sa fontaine, ses remparts... 

On circule à travers des coursives ou dans des escaliers en colimaçon pour découvrir à chaque instant un nouveau panorama sur la ville. Le plus impressionnant est sans conteste celui de la Tour du Roy René. Ses escaliers exigus et interminables permettent d'accéder à un point de vue exceptionnel sur tout le Vieux Port et le Pharo. Sur l'esplanade, le public peut découvrir un jardin méditerranéen, le "jardin des migrations" conçu par l'agence APS. On y retrouve un espace de verdure, propice aux flâneries botaniques ou pour profiter d'une soirée festive dans ce réjouissant théâtre de verdure. Ce vaste "château" sera sans nul doute, un décor prisé par les familles ( des ateliers y seront d'ailleurs organisés), mais aussi par les touristes qui découvriront une facette nouvelle de Marseille. L'accès à cette partie est entièrement gratuit, seul l'entrée dans les bâtiments pour accéder aux expositions est payante.

Télécharger le PDF
Aix les bains

Inauguration du Fort Saint Jean : partie historique du nouveau MuCEM à Marseille

Architecture.fr - Julia Z. et Johanna H. - Lundi 3 Juin 2013

À l’entrée du port de Marseille, en aplomb au-dessus du môle J4, le Fort Saint Jean saisit l’occasion du  projet  du  MuCEM  pour  une  double  réhabilitation  :  il  devient  un  espace  d’exposition  pour  les collections  permanentes  et  des manifestations temporaires mais  offre  surtout  un  accès  unique  à  un nouveau jardin méditerranéen, aménagé pour l’occasion et offrant une vue imprenable sur l’entrée de la ville.

Le  Fort  Saint-Jean  constitue  ainsi  un  véritable  point  de  jonction  entre  la  ville  et  le  musée,  entre l’histoire et son écrin contemporain. Son ouverture au public pour la première fois est un événement majeur.

Le jardin méditerranéen du Fort Saint Jean : un nouvel espace emblématique au cœur de Marseille

Au terme d’un concours lancé par le ministère de la Culture, l’aménagement des espaces extérieurs du fort a été confié à l’agence APS, une équipe de paysagistes, urbanistes et architectes basée à Valence. Programmée sur deux ans, de 2011 à 2013, leur mission consiste à offrir au public une promenade paysagère au cœur d’un jardin méditerranéen de 15 000 m², révélant la situation exceptionnelle du fort Saint-Jean dans sa relation avec Marseille et ses horizons.

Ce nouveau jardin appelé Jardin des Migrations, prend acte de l’irrégularité du terrain comme autant de strates de l’histoire du lieu situé à l’entrée du port de Marseille. En hommage aux voyageurs de tous horizons qui ont naguère débarqué là, quinze tableaux seront aménagés pour évoquer le brassage des cultures, des hommes et des plantes autour de la Méditerranée. Le jardin est conçu comme un livre toujours ouvert, qui interpelle les sens au gré des saisons.

Le  Fort  est  relié  au  nouveau musée  du  J4  par  une  passerelle  de  115 m  de  long.  Rudy  Ricciotti  et Roland Carta sont intervenus pour l’aménagement des bâtiments et leur accessibilité. Une deuxième passerelle reliant le fort Saint-Jean au quartier du panier a été confiée à Rudy Ricciotti.

La restauration des bâtiments a été réalisée sous la direction de François Botton, architecte en chef des Monuments historiques. Plus de 1 100 m² de surface d’exposition ont été dégagés pour présenter notamment les pièces des collections du MuCEM qui se déploieront, selon un principe de rotation de trois à cinq ans, au sein de la chapelle Saint-Jean, de la galerie des Officiers, et des bâtiments E, F et G qui constituent le « village ».

Les travaux se terminent au dernier moment côté "village"

Les objectifs du projet consistaient à restaurer le bâti ancien, à rationaliser des accès et mettre aux normes des équipements. La chapelle a été reprise en façade, la salle du Corps de garde placée dans les bâtiments de la partie supérieure du fort accueille un dispositif audiovisuel qui permet aux visiteurs d’appréhender de façon globale l’histoire et l’architecture du fort. Un parcours est par ailleurs aménagé pour accompagner les visiteurs au sein du fort en faisant resurgir l’histoire de ce lieu, en connexion avec celle de la ville de Marseille.

Du grand jardin perché en haut sur l'esplanade du Fort, on oublie jamais que le bâtiment neuf en béton situé sur le J4 est tout proche, notamment par la visibilité permanente de la passerelle qui relie les deux parties du MuCEM

Le chemin de ronde : une promenade nichée sur une coursive étroite qui fait le tour du Fort Saint Jean offre des points de vue exceptionnels sur la ville et la rade de Marseille, un lieu magique

Aix les bains

Le Fort Saint-Jean, Gardien de la culture Méditerraneenne.

Culture 13 - Dimanche 2 Juin 2013

Un nouveau lieu de vie

Depuis 2012, la cité phocéenne a une utilisation plus culturelle du Fort. En effet, il a abrité le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM), et depuis peu, le Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (MuCEM).

Les travaux de restauration du Monument Historique du fort Saint-Jean ont été conduits sous la maîtrise d’œuvre de François Botton, Architecte en Chef des Monuments Historiques. La maîtrise d’œuvre architecturale de l’ensemble des espaces intérieurs et des éléments nécessaires à l’accessibilité a été réalisée par Roland Carta associé à Rudy Ricciotti. La muséographie a été confiée à Zette Cazalas, de Zen+dCO. Le traitement des espaces extérieurs a été conçu et dirigé par l’Agence APS.

Le fort est relié au nouveau J4 par une passerelle de 115 mètres de long, une seconde passerelle, d’une longueur de 70 mètres, est dressée entre le port et le parvis de l’église Saint-Laurent dans le quartier du Panier, assurant ainsi une continuité dans le parcours urbain entre la partie la plus ancienne de la ville et les nouveaux équipements culturels rassemblés sur le boulevard du littoral.

Près de 1 200 m2 de surface d’exposition sont dégagés pour présenter notamment les pièces des collections du MuCEM qui se déploieront, selon un principe de rotation tous les trois à cinq ans, au sein de la chapelle Saint-Jean, de la galerie des Officiers, et des bâtiments E et G qui constituent le “village”.

Le bâtiment naguère dévolu au DRASSM est complètement restauré et mis aux normes, pour être attribué à l’Institut méditerranéen des métiers du patrimoine (I2MP), centre de formation professionnelle aux métiers du patrimoine ; la chapelle est reprise en façade, le “village” en ruines est restauré.

La salle du Corps de garde placée dans les bâtiments de la partie supérieure du fort accueille un dispositif audiovisuel qui permettra au visiteur d’appréhender de façon globale l’histoire et l’architecture de l’édifice. Un parcours aménagé dans les espaces extérieurs fera ressurgir l’histoire de ce lieu, en connexion avec celle de la ville de Marseille.

> 850 m2 pour Le Temps des Loisirs
Exposition permanente renouvelée tous les trois à cinq ans (Chapelle, Galerie des Officiers, Salle du corps de garde, Bâtiments E et G).

> 320 m2 pour Les Choses de ce côté du Monde Exposition temporaire (bâtiment Georges-Henri Rivière)

Le Jardin des migrations

Au terme d’un concours lancé par le Ministère de la Culture et de la Communication, l’aménagement des espaces extérieurs du fort a été confié à l’agence APS, une équipe de paysagistes, urbanistes et architectes basée à Valence. Ils offrent une promenade paysagère au cœur d’un jardin méditerranéen de
12 000 m2, révélant la situation exceptionnelle du fort Saint- Jean dans sa relation avec Marseille et ses horizons.

Cette valorisation du patrimoine architectural, archéologique et naturel du site s’inscrit dans une démarche de développement durable et d’éco-responsabilité. Le “Jardin des migrations ” prend acte de l’irrégularité du terrain comme autant de strates de l’histoire du lieu

En hommage aux voyageurs de tous horizons qui ont naguère débarqué là, quinze tableaux sont aménagés pour évoquer le brassage des cultures, des hommes et des plantes autour de la Méditerranée. Le jardin est conçu comme un livre toujours ouvert, qui interpelle les sens au gré des saisons.

Dans un contexte de jardin sec, cette collection botanique unique de plantes méditerranéennes s’offrira au visiteur tout au long de l’année, indépendamment des périodes de floraison. Trésors écologiques d’Europe et de Méditerranée, les plantes et les pratiques qui y seront associées constituent des supports de mémoire informelle de savoirs et de savoir- faire, en écho à la mission du MuCEM.

Télécharger le PDF
Aix les bains

La château d'eau en rénovation

Dauphiné libéré - Dimanche 2 Juin 2013

Immanquable, surplombant le stade des Deux Ponts, le château d’eau du Pont-de-Claix, anciennement réseau de distribution d’eau, est à présent une fresque, une architecture aérienne. Du fait de sa situation, il est soumis aux dégradations du temps.

Comme un phare urbain, la tour sera visible le jour sous un aspect neuf et propre. tandis que la nuit, la mise en lumière du fût et de la coupole le rendra visible à plusieurs kilomètres.

Pas de rénovation intérieure

Le fût sera uniquement repeint en gris perle, une couleur choisie par l'architecte du projet, David Bolf et l'architecte des Bâtiments de France, Hélène Schmigden-Benhaut. les modénatures seront soulignées avec d'autres nuances de gris. L'étanchéité du dôme sera rénovée et recouverte d'une résine de teinte sable. 

Ces travaux s'élèvent environ à 330K€ et ont débuté fin avril, pour une livraison début juillet, sachant que les loyers des opérateurs apportent 30K€ à la Ville.

Télécharger le PDF
Aix les bains

Place Salengro : bienvenue sur le chantier

Couleurs - Mercredi 23 Janvier 2013

depuis début janvier, la place Salegro est le théâtre de travaux d'envergure. Son réaménagement en profondeur constitue un impressionnant spectacle pour le quartier, dans lequel engins de chantier et ouvriers tiennent le premier rôle. a suivre jusqu'au mois de juin !

Lundi, 7h30. Avec le lever du jour, la place Salengrro s'anime. Depuis quelques semaines, elle accueille de nouveaux occupants : voitures stationnées et marchands forains ont laissé place aux ouvriers et à leurs engins de chantier. Terrasser, tirer des réseaux sous-terrains, créer un nouveau revêtement, surélever la future zone de rencontre piétonne le long de la rue Henri Maréchal... La liste des tâches à réaliser est longue avant de rendre, d'ici l'été, l'accès à cet espace modernisé aux San-Priots. Mais les moyens sont là : de la conception du projet à la réalisation du chantier, les hommes et femmes d'une dizaine d'entreprises accompagnent la Ville de Saint-Priest et le Grand Lyon dans leur opération Salengro

En hiver, le plus gros ennemi des travaux d'extérieur est bien sûr la météo. Les fortes pluies, la neige, mais aussi le froid peuvent mettre le chantier sur pause, parfois pendant plusieurs jours. Mais pour les équipes qui travaillent., pas question d'accumuler de retard : « Notre but est de terminer les travaux dans tes délais promis, pour ne pas pénaliser les commerçants et tes usagers de la place. Nous pourrons si besoin renforcer les effectifs », assure Emmanuel Pupier, le chef de chantier de l'entreprise Perrier TP.

En tête de file, Alice Conte-Jansen, chef de projet en aménagement urbain au Grand Lyon, ici maître d'ouvrage. Après un important travail d'organisation en amont - le projet est en préparation depuis 2010 -, la jeune femme assure maintenant l'arbitrage et la liaison entre les différents partenaires." Le respect du calendrier et du budget, les relations avec la Ville, les commerçants et les services publics chargés de l'éclairage ou de la voirie, sont du ressort du maître d'ouvrage. En parallèle, mon binôme Dimitri Bouteille assure le suivi des travaux. » Et pour cela, un rendez-vous à ne pas manquer: la réunion de chantier. Chaque jeudi après-midi, le Grand Lyon, la maîtrise d'œuvre (l'architecte paysagiste Axe Saône, l'ingénierie Ginger et l'Agence Lumière),  la Ville de Saint-Priest et les diverses entreprises intervenantes font le point sur l'avancement des travaux. Actuellement, c'est le terrassement de la place et la création d'un plateau surélevé qui mobilisent les forces. Près d'une quinzaine d'ouvriers, 4 engins et 3 camions sont sur le pont. Et plus le temps va avancer, plus les moyens vont augmenter,,, De quoi garantir un certain spectacle pendant quelques mois au cœur du quartier Salengro !

Télécharger le PDF
Aix les bains

Tour Montparnasse à Paris : habillage festif pour annoncer la nouvelle année

France Matin - Mercredi 26 Décembre 2012

Au programme des festivités, un scénario lumière inédit et un décompte pour le passage à 2013.

A l’heure où les illuminations de Noël scintillent dans la ville, Régis Clouzet, le concepteur-lumière de la Tour, a imaginé un tableau lumineux, haut en couleurs pour le passage à la nouvelle année, de la tombée de la nuit jusqu’au petit matin.Pour l’occasion, le 31 décembre, la Tour s’habillera de tonalités rouges et blanches. Les passants pourront découvrir ce spectacle lumineux, rythmé par différentes séquences évolutives et festives allant crescendo. La magie des lumières éblouira les enfants et les plus grands ! Pour fêter l’arrivée de 2013, à partir de 23h59 un décompte, visible sur les deux façades de la Tour sera mis en place…et à minuit« 2013 » s’inscrira en chiffres numériques. La lumière sera à son paroxysme !

La Tour Montparnasse, un repère visuel dans le paysage parisien

A l’aube de ses 40 ans, la Tour Montparnasse perpétue sa modernité par une innovante scénographie lumineuse. Depuis le mois de mars dernier, la Tour Montparnasse propose des scénographies lumière qui varie en fonction des saisons, révélant progressivement ses arrêtes dans le ciel de Paris. Nouveau repère nocturne au cœur même de la ville, cette tour emblématique a ainsi gagné en lisibilité, réaffirmant l’identité du quartier Montparnasse et retrouvant une place de choix dans le paysage nocturne de la capitale. La Tour Montparnasse, qui poursuit son engagement en faveur de l’environnement, a imposé pour cet éclairage une limitation de la consommation électrique, par l’utilisation de diodes électroluminescentes (LED) de toute nouvelle génération. Elle a diminué de plus de 90% sa consommation électrique par rapport à l’installation précédente, en passant d’une puissance consommée de 272 KW à moins de 25 KW.

Télécharger le PDF
Aix les bains

Tour Montparnasse, Belle de Nuit

Le moniteur - Aménagement 2012 - Vendredi 30 Novembre 2012

Paris,
Quarante ans après sa construction – controversée – au coeur de Paris, la tour Maine-Montparnasse (56 étages, 210 m de hauteur) a étrenné, au début du printemps, sa nouvelle livrée : une « partition lumineuse » orchestrée par le concepteur lumière Régis Clouzet, où « couleurs, matières et mouvements composent une scénographie qui évolue selon les heures, les jours, les semaines et les saisons ».


Paris, 1973 : la tour Montparnasse est inaugurée en grande pompe à Paris. Le « locataire » de l’Elysée s’appelle Georges Pompidou et les économies d’énergie ne sont pas à l’ordre du jour. Forte de 7 200 fenêtres, la tour dispose d’un « éclairage de prestige » : 126 tubes fl uorescents de 1,20 m (40 W), dissimulés dans des caissons métalliques en imposte derrière chaque baie. Le tout alimenté depuis d’imposantes armoires d’étage.
Quarante ans après, la donne a changé et les copropriétaires de l’édifice souhaitent « renouveler l’image de la tour ». Ceux-ci ont alors l’idée – lumineuse ! – de faire appel à une dizaine de concepteurs spécialisés. « Paris, Ville Lumière, se devait d’équiper le plus haut de ses bâtiments d’un dispositif innovant et durable », explique Benjamin Azoulay, directeur général de Philips Lighting, partenaire technique du projet.

Des deux finalistes en lice, Agathe Argod et Régis Clouzet, c’est ce dernier qui rafle la mise : « L’enjeu était de savoir si on rénovait l’ancien dispositif ou si l’on inventait autre chose. Et naturellement, nous avons inventé autre chose ! »
Objectifs visés : proposer une ambiance agréable pour les riverains et rendre la tour visible de loin. « Il fallait créer un nouveau signal visuel dans le tissu nocturne du quartier et au-delà, pour l’agglomération parisienne, précise le concepteur. Sans oublier de réduire les coûts d’exploitation et de maintenance en utilisant des sources économes en énergie et à longue durée de vie. » La scénographie conçue par Régis Clouzet a consisté à re-silhouetter l’édifi ce en surlignant ses arêtes et à animer son couronnement par une lente pulsation lumineuse visible à plusieurs kilomètres à la ronde.

Quatre « tableaux » ont été imaginés (un par saison), composés à partir d’une palette de tonalités, de rythmes et d’effets. A chaque heure, un saut chromatique ramène l’éclairage vers le bleu, quelle que soit la couleur de départ.
Pour le week-end, un autre effet visuel horaire devrait être testé prochainement. Un cinquième scénario ouvert, dit « festif », est à la disposition des vidéastes ou plasticiens invités à la faveur d’événements (Nuit blanche, fête de la Musique, 14 juillet, 31 décembre).
« Rien de tout cela n’existerait sans la technologie LED explique encore Régis Clouzet. Les quelque 40 000 LED trichromes, qui équipent les 972 réglettes et les 58 projecteurs installés au sommet de la tour sont interconnectés, précis, réactifs et pilotables à l’unité, “au pixel près”, en intensité et en couleurs, à la manière d’un écran. »
Le nombre de matériels en place a été réduit à deux références afin d’obtenir une installation techniquement cohérente et la plus simple possible. Le choix des sources a notamment été dicté par leur durée de vie, leur efficacité lumineuse, leur recyclabilité et leur température de couleur. Conjugué à la régulation du fl ux lumineux, il a permis de diviser par plus de dix la puissance installée (25 kW contre 272 kW
auparavant), avec un coût de maintenance quasi-nul (les LED affichent une durée de vie de 50 000 heures, soit une quinzaine d’années).
« La difficulté aura été de s’intégrer à l’édifice sans émergence en façade, et de travailler en site occupé sans gêner les utilisateurs. Il se trouve que, par une sorte de fiction juridique, les caissons de façade en impostes font partie du domaine public. Nous avons donc pu en disposer pour y installer les réglettes de LED et y accéder assez
simplement, même si j’ai passé plus de temps en négociation qu’en création à proprement parler », s’amuse Régis Clouzet.

■ J a c q u e s - F r a n c k D e g i o a n n i

Télécharger le PDF
Aix les bains

La Tour Montparnasse s'habille en rose

e-luminous - Mardi 6 Novembre 2012

Grâce au nouveau scenario lumière spécialement imaginé par Régis Clouzet pour l’occasion, la tour Montparnasse est devenue un repère lumineux qui a fait échos aux nombreux bâtiments éclairés en rose à travers le monde lors de l'événement "Octobre Rose". Durant l'opération "Octobre rose" qui a eu lieu du 10 au 31 Octobre 2012, la tour Montparnasse s'est habillée de rose, symbole de son soutien et de son engagement auprès de l'association "Cancer du Sein parlons-en". Comme chaque année, Philips Eclairage participe à l’opération Octobre Rose et soutient l’association « Cancer du Sein parlons-en ». L’illumination de la Tour Montparnasse a pris part, une fois de plus, à la vie sociétale.Depuis Mars 2012, la mise en lumière de ce bâtiment emblématique transforme le paysage urbain de la capitale. L’éclairage de la tour varie  en fonction des festivités, événement culturels et caritatifs de la ville Paris.  Il participe activement à donner une nouvelle dynamique au quartier de Montparnasse. A l’instar de l’opération Octobre Rose, un scenario festif avait été spécialement réalisé pour les Nuits blanches à Paris qui ont eu lieu début octobre.

Plus qu’une mise en lumière de bâtiment, c’est un véritable outil de communication qui est proposé aux maitres d’ouvrage, positionnant le bâtiment dans le paysage urbain et sociétal. La mise en œuvre d’un tel éclairage à base de LED qui se fait par simple programmation, ne nécessite aucune modification de l’installation tant matérielle qu’électrique. Elle offre une très grande liberté de création au concepteur lumière dans le plus grand respect de l’environnement (consommation énergétique très faible, pour la Tour Montparnasse, équivalente à celle de moins de 10 fers à repasser, et nuisance lumineuse quasi nulle).

Aix les bains

En place pour les travaux

Couleurs - Mercredi 12 Septembre 2012

Il était prévu pour janvier 2013, ce sera finale­ment fin octobre 2012 : afin de réparer des chaussées en mauvais état, le coup d'envoi des travaux de la place Salen-gro sera donné avec deux mois d'avance. Chantier d'envergure de l'opération Cœur de Saint-Priest, ce réaménagement d'un des es­paces publics les plus fréquentés de la Ville a été longuement prépa­ré. « La place Salengro est au cœur d'un nœud urbain dense, entre la RD-318 (route d'Heyrieux) et la rue Maréchal qui mène au centre-ville et au Village. C'est en parallèle le lieu de desserte de nombreux commerces, la place d'accueil d'un -marché bi-hebdomadaire et une importante poche de stationnement. Les enjeux de son réaménage­ment sont donc nombreux», explique Boriana Pa-roucheva-Leruth, l'architecte du projet. Pour penser cette modernisation, l'accent a donc été mis sur la concertation : forains, commerçants et riverains ont été invités à exprimer leurs attentes et leurs besoins. « Tout le monde était d'accord sur le constat que la place était en mauvais état, confie la chargée de pro­jet du Grand Lyon Alice Conte-Jansen. Nous avons donc mis en place, pendant plusieurs mois, des ate­liers techniques avec les usagers du lieu. Cela nous a permis de créer un projet qui réponde le plus possible à leurs attentes, mais aussi d'organiser les travaux et permettre ainsi une diminution des nuisances ».

La place inaccessible jusqu'en janvier 2013

Car quatorze mois de travaux comportant inter­ventions sur les sous-sols, modifications de voiries, réorganisation de l'espace public et implantation de nouveaux végétaux ne se font pas sans contraintes. Une organisation des travaux en quatre phases diffé­rentes, réparties entre octobre 2012 et décembre 2013, a donc été pensée afin de limiter les gênes pour les usagers du lieu (voir encadré). De cette manière, l'intervention sur la place Salengro même ne commencera qu'à partir de janvier 2013 : c'est à comp­ter de cette date-là que la place sera fermée au stationnement, pour une durée de six mois. Les marchés du mardi et du dimanche, eux, seront au même moment déplacés pendant un an sur la place Buisson, qui, après avoir profité elle aussi d'une rénovation en 2007, accueille déjà les forains chaque vendredi. Quant aux commerces, lieux d'ani­mation essentiels de cet espace public, ils resteront bien sûr ouverts et accessibles pendant toute la durée des travaux. Et c'est dès la fin de l'année 2014 que riverains, forains, commerçants et tous les San-Priots profiteront d'une place à la hauteur de leurs attentes, véritable entrée embellie et apaisée du Cœur de Saint-Priest.

Une place, trois espaces... 1 - Espace de détente et interface avec les commerces. Le long de
la rue Henri Maréchal, une bande de 20 mètres de large sera transfor­
mée en place exclusivement piétonne. Surélevé, agrémenté de petits
espaces verts, de bancs, d'une buvette et d'un kiosque presse, cet es­
pace offrira un cadre agréable pour se rencontrer et se détendre. Le sol
sera construit en pierre calcaire, matériau noble et résistant, marquant
ainsi le côté « protégé » de la placette. Un passage piéton surélevé per­
mettra de renforcer le lien avec les commerces de l'autre côté de la
rue, dont les trottoirs seront eux aussi rénovés. La rue Henri Maréchal
deviendra ainsi une véritable porte vers le cœur urbain. 2 - Place du marché et stationnements. La nouvelle place Salengro
s'étendra jusqu'à la rue Aristide Briand. Plus longue mais moins large,
elle conservera la même capacité d'accueil pour le marché bi-hebdo-
madaire, et sera organisée en trois poches modulables pour s'adapter
aux événements. Quant au stationnement, il sera optimisé et rendu plus
lisible. Petite particularité, les places seront délimitées par les vers de la
Chanson pour chanter à tue-tête et à cloche-pied de Jacques Prévert,
poème que l'on retrouvera dans son intégralité sur un totem et le long
des cheminements. Un détail ludique et atypique, qui ne manquera pas
de marquer les esprits et de personnaliser cette place publique. 3  - Cheminement, circulation et suite du marché. Face aux im­
meubles de la rue Gallavardin, la plantation d'arbres à hautes tiges per­
mettra de poser les limites physiques de la place. La circulation sur cette
voirie sera prolongée jusqu'à la rue Aristide Briand, permettant exclusi­
vement de tourner à droite. À l'inverse, le débouché de la rue Anatole
France sur la place sera supprimé. Rénovée, la rue Gallavardin conti­
nuera à accueillir une partie des forains les jours de marché. Repères___ Octobre 2012 - janvier 2013 : intervention sur la rue du Or. Gallavardin et démolition de l'immeuble du Crédit Lyonnais rue A. Briand, Conservation du stationnement et du marché sur la place Salengro. Janvier 2013 - juin 2013 : intervention sur la place Salengro. Fermeture du stationnement et déplacement du marché place F. Buisson. Juin 2013 - novembre 2013 : aménagement du secteur sud delà place factuel parking entre les rues A. Fronce et A. Briand) et de ta rue H. Maréchal. Réouverture du stationnement sur ta place Salengro. Novembre 2013 -décembre 2013 : Aménagement du tronçon de la rue A. Briand aux abords de l'école Edouard Herrtot. Retour du marché place Salengro en fin d'année. Budget de l'opération : 3,7 millions d'euros. Le Grand Lyon en finance plus des trois quarts (2,9 millions €} et la Ville

Télécharger le PDF
Aix les bains

L'Agence Lumiere habille la Tour Montparnasse

Beaux Quartiers - Vendredi 3 Aout 2012

Isabelle Ambregne

C'est un tableau nocturne de 210 mètres de hauteur qu'a dévoilé au printemps son concepteur, l'Isérois Régis Clouzet, en révélant la nouvelle scénographie lumineuse d'une (très) grande dame: la Tour Montparnasse. Quand l'art rejoint la haute-couture

A grande dame, habit de lumière impeccable. Un ouvrage de 210 mè­tres, ondulant la nuit dans une parure de rêve: oscillations verdoyantes au printemps, reflets azur et dorés pour l'été.... et défilant l'automne et l'hiver en lapis et carmin. Une silhouette évo­luant chaque heure, chaque nuit et chaque saison. Quelque soixante pro­jecteurs et 972 réglettes dynamiques se sont glissés dans son dressing aménagé sur 58 étages dont l'instal­lation aura néces­sité huit mois (groupe Vinci Ener­gies).
Le jeu en vaut la chandelle: c'est au moyen de cette technologie high-tech (Philips) que Régis Clouzet, son concepteur, a pu mettre en scène sa partition lumi­neuse. Dans sa pa­lette: 40000 pixels permettent l'habil­lage sur mesure (et le déshabillage... à partir d'une heure du matin) de cette belle quadra - 40 ans l'an prochain. Inaugurée en 1973, la Tour Montpar­nasse qui fut durant 20 ans la plus grande tour de bureaux d'Europe (avant la construction de laTour First à la Défense) finalise ainsi sa mise en beauté. Et l'Agence Lumière, l'une de ses plus prestigieuses conceptions.


Après la restructuration de la Mai­son de la Radio à Paris, des dizaines de cathédrales et de musées (dont celui de Grenoble, de l'Eau à Pont en Royans), son cofondateur et gérant actuel Régis Clouzet (ci-dessus) - dix ans de réalisations cette année -, s'est hissé parmi les nouveaux éclaireurs du paysage nocturne internatio­nal....

Basée à Vinay, sa discrète agence (indépendante) - lauréate en 2011 du Prix Rhônalpin pour la mise en lumière du patrimoine bâti à Gre­noble - agrandira encore son rayon­nement: du fort Saint-Jean pour Marseille 2013 à la placeTiradentes à Rio de Janeiro jusqu'aux deux stades de 40 000 places d'Alger et d'Oran en 2014. Sans oublier, localement, la création de l'identité lumineuse de Sassenage !

Pas de surenchère dans ses pro­jets, une lumière sensible, adaptée à l'histoire, créatrice de convivialités... Un monsieur lumière au talent bien­veillant pour l'environnement. La Tour Montparnasse, aussi élégante soit-elle, brillera sans flamber: sa concep­tion à base de diodes électrolumi­nescentes permettra de diminuer sa consommation électrique de 90 %, abaissée de 272 kW à 25 kW.

Télécharger le PDF
Aix les bains

12 partitions lumineuses

Présences - Lundi 2 Juillet 2012

A. Le Men
Depuis mars dernier, dès la nuit tombée, la tour Montparnasse à Paris revêt une nouvelle parure lumineuse. Cette scénographie lumière s'appuie sur une installation jouant avec une gamme de façades communicantes, conçue pour les événements de la capitale (Fête de la musique, festivités du 14 Juillet...). Des dispositifs à Leds, peu friands en énergie, présentent la particularité d'être pilotés individuellement, en intensité et en couleurs. C'est ainsi que la puissance électrique totale installée est diminuée de 96 % par rapport à l'exis­tant (22 kW , contre 272 kW précédemment).

Cet éclairage de prestige est l'œuvre de Régis Clouzet, dirigeant de l'agence Lumière à Vinay, spécialisée depuis 1992 dans la conception et la réalisation de projets d'urbanisme lumière, de mise en valeur patrimoniale et archi­tecturale ou d'aménagement paysager, en France et à l'étranger. D'autres projets sont en cours d'élaboration: la scénographie du fort Saint-Jean, à Marseille, les stades d'Alger et d'Oran, en Algérie, ainsi qu'à Rio de Janeiro et Sâo Paulo, au Brésil.
www.agence-lumiere.fr

Télécharger le PDF
Aix les bains

Cinq scénarios pour la tour Montparnasse

Le Moniteur - Vendredi 25 Mai 2012

Près de quarante ans après sa construction en plein Paris, la tour Montparnasse (56 étages, 210 m de hauteur) a étrenné au début du printemps, après huit mois d’installation, une nouvelle « partition lumineuse » imaginée par Régis Clouzet, concepteur lumière, où « couleurs, matières et mouvements composent une scénographie qui évolue selon les heures, les jours, les semaines et les saisons », explique-t-il.
« Paris, la Ville lumière, se devait d’équiper le plus haut de ses bâtiments d’un dispositif innovant et durable », poursuit de son côté Benjamin Azoulay, directeur général de Philips Lighting, partenaire technique du projet. Objectif de l’intervention : (re)créer une ambiance agréable pour les riverains tout en rendant la tour visible de loin. La scénographie imaginée par Régis Clouzet consiste en quatre « tableaux » (un par saison), composés à partir d’une palette de tonalités, de rythmes et d’effets lumineux. Une volonté de resilhouetter les arêtes de la tour avec, à son sommet,

un couronnement animé d’une lente pulsation lumineuse visible à plus de 8 km à la ronde… Un cinquième scénario ouvert, dit « festif », sera à la disposition des artistes qui pourront se l’approprier à la faveur des événements auxquels la tour sera associée (Nuit blanche, fête de la musique, etc.).
Cette créativité revendiquée s’accompagne d’un souci d’économie et de maintenance. L’utilisation de sources de dernière génération, conjuguée à la régulation du flux lumineux, a permis de diviser par plus de dix la puissance installée par rapport aux dispositions antérieures (25 kW contre 272 kW), avec un coût de maintenance quasi-nul (les LED affichent une durée de vie nominale de 50 000 heures, soit quinze ans). Les quelque 40 000 LED trichromes qui équipent les 972 réglettes et les 58 projecteurs installés sont interconnectés et pilotables à l’unité, « au pixel près » (rouge, vert, bleu), à la manière d’un écran vidéo. Une palette infinie de nuances s’offre ainsi pour chaque tableau.

Télécharger le PDF
Aix les bains

La tour en habit de lumière

ASAS - Jeudi 5 Avril 2012

À l'aube de ses 40 ans, la Tour Montparnasse s'offre un lifting lumineux. Elle perpétue sa modernité avec un éclairage durable et évolutif.

Depuis le 21 mars, première nuit du printemps 2012, la Tour Montparnasse revêt chaque soir un habit de lumière différent, selon des scénarii qui évoluent au fil des saisons. "Paris, Ville Lumière, se devait de doter son plus haut bâtiment d'une mise en lumière innovante etdurable, explique Benjamin Azoulay, Directeur Général Philips Lighting France. Avec cette mise en lumière toute en finesse, ce projet contribue à apporter au paysage urbain nocturne de Paris une nouvelle signature." L'objectif des concepteurs du projet était double : créer une ambiance agréable pour les riverains et rendre son caractère prestigieux au bâtiment en le rendant visible de loin. Pour la vision de proximité, la solution mise en œuvre est composée exclusivement de produits à vision directe iColor Accent. Les luminaires sont installés à l'intérieur du bâtiment. Afin d'éviter toute gêne pour les occupants, ils ont été intégrés dans un caisson esthétique. De jour, les luminaires ne sont visibles ni de l'intérieur, ni de l'extérieur. Pour la vision lointaine : 58 projecteurs iColor Reach ont été installés au dernier étage. Ils créent une lente pulsation colorée, symbole du nouveau cœur lumineux de Paris. Ce nouvel éclairage est visible de toute la région

Action : Vous avez imaginé quatre "tableaux nocturnes" (cinq en fait, mais nous y reviendrons ensuite !) que vous faites vivre au rythme d'une "partition lumineuse". Pouvez-vous nous détailler ces ambiances et ce qui a guidé votre travail ?

Régis Clouzet : Dès le départ, le projet fut de proposer de "ré-ancrer" la Tour à la fois dans sa dimension architecturale (travail sur un "silhouettage" lumineux, pulsation du dernier étage...) mais aussi dans la vie culturelle du quartier Montparnasse, riche de son passé artistique. Nous avons donc proposé la mise en œuvre d'un éclairage non figé, évoluant au fil des saisons. Quatre scénarii ont été créés avec chacun leur dominante colorimétrique saisonnière. Le bleu pour l'été, l'ambre pour l'automne, le blanc pour l'hiver, le vert pour le printemps. Et à chaque fin de nuit, la tour redevient bleue. À la tombée de la nuit, le scénario saisonnier se met lentement en place. À chaque passage horaire, pendant cinq minutes en "clin d'œil ou dialogue lumineux" avec la Tour Eiffel, l'éclairage devient plus dynamique à travers des évolutions lumineuses rythmées. Peu à peu, après chaque passage d'heure, la couleur bleue se précise à travers une lente évolution chromatique. Pour terminer, à partir de minuit, par une Tour entièrement bleue et ce jusqu'au petit matin.

Action : La Tour est un repère dans l'architecture parisienne. Votre travail, sans fausse modestie, ne
permet-il pas de lui redonner une place plus forte ? Comme un rappel aux visiteurs, et aux parisiens de sa spécificité ?
Régis Clouzet : Si c'est le cas c'est que notre projet est réussi ! Nous avons en effet souhaité lui offrir un nouvel écrin lumineux (jusqu'alors seul l'éclairage des bureaux était visible). Grand monolithe noir la nuit, la Tour Montparnasse retrouve aujourd'hui une existence nocturne.
Action : Et quand est-il du cinquième tableau, réservé à des événements particuliers (14 juillet, fête de la musique...) ? Il sera figé ou s'adaptera au gré des événements ?
Régis Clouzet : Ce 5e scénario, dit festif, est multiple. Nous avons déjà composé plusieurs tableaux urbains thématiques en fonction des différents événements festifs et culturels de Paris. Nous avons aussi proposé aux copropriétaires de la Tour qu'à certains moments de l'année (Festival lumière, Nuit Blanche...) des artistes (graphistes, vidéastes, peintres...) puissent eux aussi venir s'exprimer sur les façades de la Tour pour un soir ou quelques nuits (la technologie utilisée le permet).

Télécharger le PDF
Aix les bains

Son métier: faire briller la tour Montparnasse

La Dauphiné - Dimanche 25 Mars 2012

UN ISÉROIS A CONÇU LA MISE EN LUMIÈRE DE LA CÉLÈBRE TOUR PARISIENNE

Avec l’arrivée du printemps, elle s’est payé un sacré coup de jeune. Depuis mercredi, la tour Montparnasse, à Paris, scintille du crépuscule jusqu’à l’aube.
Derrière cette gigantesque mise en lumière, un Isérois, Régis Clouzet,
responsable de l’Agence lumière installée à Vinay. « C’était la première fois que nous avions à travailler sur un objet d’une telle ampleur », explique le concepteur lumière basé en Isère depuis près de vingt
ans. Une réalisation qui vient mettre un point final à une série de travaux de rénovation sur la célèbre tour dont on célébrera le quarantième anniversaire l’année prochaine. Il fallait donc lui donner une nouvelle image. « Le cahier des charges était relativement simple : faire beau, simple, pas trop cher et surtout qui consomme peu d’énergie. » Régis Clouzet a alors décidé de faire le pari de la lumière en mouvement.

Un clin d’oeil à la Tour Eiffel
« On joue sur plusieurs paramètres comme l’intensité, l’opacité, la colorimétrie et les motifs. Cette technique permet d’avoir une consommation moyenne de 22 kilowatts soit l’équivalent de dix fers à repasser. On arrive à consommer 90 % d’énergie en moins par rapport à l’ancienne installation. » Pour mener à bien ce chantier, près de quatre cents hommes ont été mobilisés afin d’installer les réglettes de diodes électroluminescentes. « Ce système permet de travailler au “pixel” près et de réaliser des économies d’énergies. Par exemple, au milieu de la nuit, on n’allume qu’une toute petite partie des diodes. » Une technique
innovante et suffisamment efficace pour que la tour soit visible, assure le concepteur, depuis le mont Valérien.

« On devait s’adapter à plusieurs types de contraintes. Il fallait notamment que le projet s’intègre bien dans le quartier mais aussi qu’il ne gêne pas les gens qui travaillent à l’intérieur », continue le responsable de l’entreprise vinoise qui emploie trois personnes.
Pour donner vie à sa réalisation, Régis Clouzet a écrit un scénario de couleurs. Ainsi, au printemps, la tour a une dominante vert pâle. L’été, elle virera au bleu. L’automne, elle deviendra jaune orangé. Enfin, l’hiver, elle sera tout en blanc. « Nous avons également voulu faire un clin
d’oeil à la Tour Eiffel. De la même façon que, toutes les heures du soir, elle brille de mille feux, la tour Montparnasse passe complètement au bleu. »
Ce chantier ne braque pas uniquement les projecteurs sur la tour Montparnasse. Il a aussi permis à la petite agence iséroise de se faire connaître. D’ailleurs, elle travaille sur la mise en lumière du Fort Saint-Jean à Marseille, des nouveaux stades de football d’Alger et Oran (40 000 places chacun) ou encore de la place Tiradentes de Rio de Janeiro au Brésil. Le tout en gardant un pied à Vinay.

Télécharger le PDF
Aix les bains

C'est nouveau ! la Tour des lumières

Le Figaro magazine - Samedi 24 Mars 2012

La tour Montparnasse domine Paris depuis quarante ans du haut de ses 210 mètres. Pur produit des années 70, en verre et acier marronnasse, elle était assez peu appréciée des Parisiens et des touristes.
Ses propriétaires ont voté son grand lifting et, depuis mercredi, elle montre chaque nuit un autre visage, grâce au concepteur de lumières français Régis Clouzet.

Un rythme suivant les saisons :
Régis Clouzet a imaginé pour la tour quatre tableaux lumineux différents, adaptés à chaque saison. Lin cinquième programme a été conçu pour les grands événements.

Une silhouette mouvante :
L'éclairage, sur une base bleutée, dessine les arêtes de la tour grâce à 972 réglettes dynamiques de leds installées à chaque étage.

Un toit de pulsation lumineuse :
Implantés au dernier étage, 58 projecteurs sont capables de moduler leur intensité lumineuse.

Une technologie unique en Europe :
Les leds sont largement utilisées pour des éclairages publics, mais c'est la première fois en Europe qu'elles participent à une mise en scène d'une telle envergure, permettant de travailler point par point sur 40 DOO pixels gérés par ordinateur.

Une consommation exemplaire.
Par rapport à l'ancienne installation, la consommation électrique diminue de 90 %. Le nouvel éclairage ne représentera que 0,3 % de la consommation de l'éclairage de l'ensemble des bureaux de la tour.

Télécharger le PDF
Aix les bains

Radio France

Radio France - Jeudi 25 Aout 2011

Isabelle Duffaure-Gallais | Source LE MONITEUR HEBDO

Les travaux commencent à la Maison de la radio
Isabelle Duffaure-Gallais | 23/03/2009 | 14:12 | Projets
© Architecture Studio La Maison de Radio France en 2013
Après un an de négociations, la Maison de la radio vient enfin de boucler son budget de réhabilitation. Les travaux débuteront en avril (dont deux mois de préparation) pour quatre-vingts mois.
Des appels d'offres infructueux en 2007 avaient contraint Radio France à relancer une consultation des entreprises. Mais cette fois, ça y est : la Maison de la radio vient enfin de boucler son budget
de réhabilitation. Les trois macrolots initiaux (clos couvert, génie climatique, génie électrique) ont été décomposés en lots plus accessibles à des PME. Les équipes de maîtrise d'ouvrage et de maîtrise d'oeuvre (Architecture Studio, Jacobs Ingénierie) ont retravaillé le projet afin de simplifier certains modes opératoires. « Mais nous avons pu conserver tous les fondamentaux du projet », se félicite Christian Mourougane, directeur général adjoint de Radio France, chargé de la sécurité, de l'architecture, des bâtiments et de l'intendance générale.
Mutualisation des risques

La maîtrise d'ouvrage s'est impliquée directement dans les négociations avec les entreprises et a revu l'organisation du chantier afin de mutualiser les risques, les entreprises ne supportant que les risques techniques liés à leur activité. Cantonnements de chantier, délais de paiement et formules de révision des prix ont été adaptés. Aucune piste n'a été négligée pour parvenir à l'objectif.

Résultat : la somme des offres, qui s'établit à 238 millions d'euros (325 millions avant négociations), s'approche de l'estimation initiale de la maîtrise d'oeuvre de 209 millions d'euros. Le groupe Spie Batignolles s'octroie 104 millions du budget, notamment avec sa filiale SCGPM pour le gros oeuvre de l'auditorium de 1 400 places qui remplacera les studios 102 et 103 du rez-de-chaussée et le parking de 717 places sur cinq niveaux enterrés. Les aménagements intérieurs reviennent à une autre filiale du groupe, Partesia. Le deuxième plus important attributaire est le groupe Fayat avec 42 millions, notamment pour le gros oeuvre de la tour (Vilquin), l'électricité (Satelec) et les quatre passerelles (Viry) qui relieront la petite et la grande couronne au niveau du cinquième étage pour fluidifier les circulations. L'entreprise espagnole EMTE a remporté le lot génie climatique (chauffage, climatisation, ventilation) pour 39 millions. Enfin, Vulcain réalisera pour 17 millions d'euros les façades de la tour, aujourd'hui déshabillée après désamiantage, et les travaux de serrurerie et métallerie.

Les travaux débuteront en avril (dont deux mois de préparation) pour quatre-vingts mois. Ils s'achèveront donc à la fin de 2015 pour les bâtiments. Trois mois seront ensuite nécessaires pour aménager les espaces extérieurs qui devraient être plantés de plus de 500 arbres.

Aix les bains

Le parvis de l'école du et doté d'un beau parcours Vallon a été agrandi ludique pour les enfants

Le Dauphiné libéré - Vendredi 24 Juin 2011

Le concert des engins de chantier et de marteaux-piqueurs, pour le réaménage-mi nt du paivis de 1 école dans le cadre de 1 opération Vallon 2012, sera terminé pour la ren­trée scolaire. Les travaux ont débuté dès la fermeture des classes avant les vacances. La suppression de* gradins met en cohérence la place Jean-Moulin et ce par­vis. D a été agrandi et doté d'un parcours ludique coloré pour les enfants. Certains cercles dans le béton restent vides car ilsvont recevoir des plantations d'érables et de petits arbustes. Le sol est en béton dit désach-vé, c'est-à-dire du béton nor­mal coulé sur place qui après une pulvérisation au karcher laisse apparaître de petits gra­villons, C est un peu rugueux mais antidérapant

Cette surface d'environ 400 m2 a été découpée en plusieurs plaqws. Dans cette zone paysagée, le cheminement en­tre la place Jean-Moulin et le chemin du Haut-Vallon est mis en accessibilité PMR (Person­ne à Mobilité Réduite) avec des pas-d'âne de 1,20 m de lon­gueur et de 40 cm de hauteur. Sera également mis en place un éclairage d ambiance. Les coûts de ces travaux sont estimes à environ 300 000 € « une limite d'arrêt », selon Jean-Luc Kaminska, respon­sable aménagement du bu­reau d'études de la Maine, ré­pondant aux questions sur d'autres travaux concernant l'école. Farces temps de réduc­tion budgétaire, le maire, Jean Boutry, a avancé l'idée que des chantiers citoyens pourraient être bienvenus pour les fini­tions comme ceux des fre- .crues à réaliser sur les murs exté­rieurs de l'école

Télécharger le PDF
Aix les bains

Le nouveau Visage du Vallon

Cran gevrier - ma Ville - Mercredi 4 Mai 2011

Enfin ! Après trois ans d’études et de concertation - longues mais utiles -, le nouveau visage du Vallon a été présenté le 24 février lors d’un Forum des quartiers Vallon et Renoir.
Voici ici la première tranche des travaux, qui débutera cet automne.

Cent dix personnes ont assisté le 24 février dernier à la présentation du projet de rénovation du Vallon.
Ce projet, dessiné par une équipe de maîtrise d’oeuvre, répond au programme des travaux défini en concertation avec les habitants, commerçants et usagers du quartier à partir de leurs besoins. Le débat a porté encore une fois sur la voiture car la nouvelle place de l’Etale offrira toujours du stationnement mais avec une dizaine de places en moins (sur 40). Une partie importante de la place sera (heureusement !) dédiée aux piétons. Concernant l’aménagement de la place Jean Moulin, l’ouverture proposée sur le parvis des écoles (lire plus loin) a été
comprise et appréciée, personne ne s’opposant à la suppression des deux halles nécessaire à cet aménagement. Enfin, le débat a aussi porté sur l’avenir des commerces : la ville a acheté par préemption ou à l’amiable trois locaux commerciaux pour y installer en priorité des commerces de bouche qui manquent au quartier. Les contacts avec les commerçants intéressés sont en bonne voie…

La nouvelle place de l’Etoile :

La nouvelle place, unifiée avec l’entrée de la place Jean Moulin, se déploie de part et d’autre de l’avenue de Beauregard. Elle permet de répondre aux besoins quotidiens des habitants, avec un large espace dédié aux piétons et un plateau destiné au stationnement et au marché, le tout étant paysagé par une triple trame verte.
L’espace piétonnier 1 , équipé de bancs, d’accroches vélos et végétalisé, donne aux habitants la possibilité de se rencontrer et de s’y attarder pour des moments de convivialité. Il offre une vraie vitrine aux commerces et traverse l’avenue Beauregard jusqu’à la place Jean Moulin.
La petite place, promise à de nouveaux commerces, sera un patio urbain, avec un équipement soigné (sol, végétation)
Le plateau accueille 27 places de stationnement de plus courte durée (30 à 45 mn, davantage contrôlé) pour faciliter l’accès aux commerces et aux services en journée (stationnement libre le soir). Quelques places supplémentaires seront créées en amont ou en aval de l’avenue. Le plateau est aussi le lieu du marché.
La ville a proposé l’achat à l’amiable du terrain en triangle (483 m2) à la copropriété concernée. Dans ce cas, une nouvelle clôture métallique et une épaisse bande végétale pourrait séparer l’espace public de la copropriété du Vallon.


La place Jean Moulin et le parvis de l’école :

Cette place, aujourd’hui vide et peu équipée, est également isolée par les gradins et les deux halles existantes qui constituent une coupure avec les écoles. Le projet consiste à faire de cette place un lien (y compris visuel) entre la nouvelle place de l’Etale et les écoles, puis le futur parc des Pervenches. D’où l’idée d’ouvrir le fond de la place, en supprimant halles et gradins pour créer une liaison large en pente douce. Cette place montante est un lieu de passage et aussi un lieu de rencontre où l’on patiente sur des banquettes en bois. De part et d’autre, des espaces végétalisés descendent jusqu’au milieu de la place actuelle.
A gauche, une placette haute, en surplomb de l’espace central. A droite, de larges jardinières devant l’Espace Jean Moulin.
La place montante est équipée d’un parcours accessible aux personnes à mobilité réduite.
Et en haut, le parvis des écoles est un lieu ludique, équipé de
jeux pour les enfants.

Télécharger le PDF
Aix les bains

Fort St Jean

Fort St Jean - Jeudi 28 Avril 2011

Le projet d'aménagement paysager développé sur le Fort St-Jean s'inscrit dans une approche globale qui devra offrir aux promeneurs un nouveau jardin méditerranéen en libre accès, et à tous les visiteurs du MuCEM une invitation à la découverte d'une histoire où passé et avenir s'entremêlent dans une approche culturelle novatrice.


Ce projet s'inscrit dans le cadre de l'aménagement d'ensemble du Fort St-Jean qui comporte également :

- une restauration Monument Historique (restauration des remparts, traitement des ruines en parties hautes, consolidation de la chapelle…) : 19 millions d'euros
- un projet d'accessibilité (ascenseur, cheminement, réseaux techniques primaires) : 5 millions d'euros
- un aménagement intérieur des bâtiments : 7,6 millions d'euros

Il s'agira d'élaborer le projet original d'un espace promenade (organisation des parcours, ambiances visuelles, sonores, olfactives, traitement des points de vue), qui aura à conjuguer les usages envisagés dans le Fort d'une part, et la mise en valeur du patrimoine archéologique, architectural et naturel (faune et flore) d'autre part, en créant un jardin adapté au climat local dans un esprit d'auto entretien optimal, et en présentant des espèces végétales en harmonie avec l'histoire du lieu.

Projet exemplaire au regard de la démarche de développement durable et d'éco-responsabilité, il prendra en compte la configuration particulière du Fort composé d'une cour basse fermée et minérale, et d'une partie haute ouverte, en partie végétalisée. Il comportera également des possibilités de traitement paysager des toitures et du pignon du DRASSM.

Une ambiance lumineuse permettant une mise en valeur du site sera intégrée.



Relié au futur MuCEM par une passerelle  surplombant une darse creusée en contrebas, le Fort St-Jean proposera à ses visiteurs dans ses espaces historiques réaménagés, notamment la Galerie des officiers, une première découverte des arts et traditions populaires conservées par le MuCEM. Celui-ci, perçu comme le futur pôle culturel méditerranéen, constituera un point fort des manifestations organisées dans le cadre de Marseille 2013, Capitale Européenne de la Culture.

Le projet d'implantation du MuCEM à Marseille est à l'origine de cette nécessaire réflexion concernant l'aménagement paysager du Fort St-Jean.

Télécharger le PDF
Aix les bains

Les quais des Allier

Recréer, de nuit, du lien avec la ville. - Vendredi 15 Avril 2011

Article Vichy
harmonies 5 / 2010 / aubrilam

La rive droite de l’Allier joue un rôle majeur dans le paysage vichyssois. Pourtant, cette entrée de ville importante avait peu d’existence nocturne. Avant l’intervention de l’Agence Lumières sur le projet présenté en ces pages, le site perdait toute identité dès la tombée de la nuit. Les instrumentations d’éclairage existantes étaient anciennes, inadaptées, et posaient de réels problèmes de maintenance. Conséquence : aucune image globale lisible et équilibrée n’était proposée.
Recréer, de nuit, du lien avec la ville.


C’est l’enjeu relevé par le concepteur Régis Clouzet. Sa nouvelle mise en lumière de l’entrée de ville, le long de l’Allier, crée un fil lumineux qui souligne le rattachement des nouveaux quartiers au centre historique de Vichy. Une lumière bleutée diffusée depuis les passerelles offre une invitation à la promenade et guide le promeneur jusqu’aux futurs belvédères.
Un projet lumière qui s’articule autour de 3 grandes lignes directrices : - Une ligne centrale axée sur la voirie principale et qui initie un continuum lumineux lisible et cohérent.

- Un surlignage des passages piétons qui sécurise de manière optimal tout déplacement des usagers, et qui révèle le matériau bois. - Une ligne aléatoire sur le quai piéton, afin de rompre sa linéarité.
Le projet s’étend sur 1,6 kilomètre. Le matériau bois s’est naturellement imposé pour sa cohérence avec le contexte des lieux et le reste des aménagements (une bande de bois de 1,5 m de large coure tout le long des quais). Le Dôme d’Aubrilam se décline ici de 5, 8 et 10 mètres ; en bord des quais de l’Allier, le Dôme évoque quelque mât portant la voile d’un navire. Toutes les lanternes sont équipées de sources de tonalités blanches respectueuses des rendus des couleurs du bois. Le projet de Régis Clouzet intègre la mise en valeur du végétal existant, en favorisant l’éclairage des plus beaux specimens végétaux par l’implantation de projecteurs dédiés sur certains candélabres.

Aix les bains

Rénovation du Vallon : début des travaux à l'automne

L'Essor - Jeudi 3 Mars 2011

MARiÊ DOMINiQUÊ NfCQlAS

Une réunion exceptionnelle des quartiers Renoir et Vallon a réuni plus de 100 personnes à l'espace Jean Moulin. Le thème était la rénovation des places Jean Moulin, de l'Etalé et des Pervenches. Après une introduction du maire, Jean Boutry, Ghislain Gobba de l'agence Axe Saône, architectes et paysagistes a pré­senté le projet, dont la réflexion et les études ont commencé il y a trois ans. Le groupement comprenant Ingerop et l'Agence Lumière a été missionné il y a quatre mois pour la maîtrise d'œuvre de ce projet qui va coûter au total 3,7 millions d'euros, avec une première tranche de travaux (2 M €} qui débutera cet automne avec le démarrage des travaux de la place de l'Etalé. La phase d'étude sera ache­vée en juin avec la consultation des entreprises: voiries, espa­ces verts et éclairage public... Elle déterminera l'ensemble des travaux : matériaux, fonctionnalité, dimension, avec les structu­res, éclairage, reprise de la dalle. L'enjeu des travaux sur la place Jean Moulin est un travail de lien vers l'école afin qu'elle soit vue de loin et soit incluse dans l'espaci1. La situation ac­tuelle crée une rupture, un isole­ment avec une différence de ni­veau (gradins) et la présence des halles. Leur suppression n'a

Aix les bains

L’éclairage public se «privatise »

Le Dauphiné libéré - Jeudi 20 Janvier 2011

Un partenariat public-privé pour l'éclairage public. Une première pour Sassenage qui s'affiche par la même comme la première ville de l'Isère à utiliser ce type de partenariat. Une initiative qui favorise le respect de l'environnement et dont l'issue entraînerait une baisse de la consommation d'énergie de 43%. Le partenariat entre la ville de Sassenage, GEG et Citéos (marque Lumière et Equipements Urbains du groupe Vinci Energies) pour la rénovation de l'éclairage public de la ville, qualifié de «véritable mariage » (en raison de sa durée) par Christian Coigné maire, a été signé à l'hôtel de ville de Sassenage, mardi 11 janvier. Prenant effet dès le 1er janvier 2011, !e contrat de Partenariat Public-Privé (PPP) d'une durée de 15 ans, consiste en la maîtrise de la consommation d'énergie, la rénovation et la maintenance de l'éclai­rage public et de la signalisation tricolore, des illuminations festives. de la vidéo pro­tection de 11 sites et de l'éclairage du patri­moine de la ville. Jean François Frases, directeur général adjoint de la ville, Richard Edaleine, directeur de l'aménagement et de

l'environnement, Yves Bernard adjoint à la voirie et Miche! Salmon du groupe Vinci Energie étaient présent lors de cet événe­ment. « La rénovation de l'éclairage public fait partie des projets de la commune pour deux raisons : le respect de l'environne­ment et l'économie d'énergie » a déclaré Christian Coigné. Dans le cadre de ce contrat, le prestataire sera rémunéré à hau­teur du niveau du budget consacré annuel­lement à l'éclairage public. Citéos aura en charge la sécurisation rapide de toutes les installations, la rénovation de sept carre­fours à feux tricolores vétustés et le rempla­cement de 74 % des 1300 points lumineux de la ville.
Enfin un Plan Lumièreaété ima­giné par Régis Clouzet (Agence Lumière)pour améliorer l'éclairage de sept bâti­ments. Les luminaires qu'il impliquera per­mettront de lutter contre la pollution lumi­neuse tout en assurant une performance énergétique maximale. Par ailleurs, il sera question pour un bâtiment municipal de produire de l'énergie photovoltaïque à hau­teur de !2 % de la consommation du patri­moine Eclairage Public. Le maire a salué la ténacité de Richard Edaleine et Jean François Frases « qui ont énormément tra­vaillé pour monter un cahier des charges », « dans lequel tout devait être prévu » a-t-il encore ajouté, il a conclu que Citéos avait été sélectionnée pour la mise en œuvre du PPP parce qu'elle réunissait les critères garantissant « un vrai partenariat ».

Télécharger le PDF
Aix les bains

PARIS - Revaloriser la tour Montparnasse

Le moniteur - Vendredi 15 Octobre 2010

HERVÉ GUÉNOT

La tour Montparnasse brillera dans le ciel parisien, le 21 juin 2011, pour la fête de la musique avec un projet d’éclairage de l’agence Lumière. Mais cet éclairage (1 million d’euros) ne doit pas faire de l’ombre à des travaux lourds et à un projet de revalorisation de l’ensemble de cet
immeuble de 56 étages (210 m) inauguré en 1973, premier centre
d’affaires dans Paris intra muros (103 000 m² de bureaux). La tour fait actuellement l’objet d’un désamiantage, commencé en 1997, qui doit s’achever au premier semestre 2012 : des travaux de 100 millions d’euros, dont 40 millions pour les parties communes. Les installations techniques de la tour ont été modernisées en 2008. « Reste l’adaptation du bâtiment aux normes du Grenelle de l’environnement.
Le sort de la façade, en l’état des études, n’est pas fixé : y substituer une autre façade ? En construire une deuxième ? L’objectif est de diviser par cinq la consommation d’énergie », souligne Patrick Abisseror, président du comité stratégique chargé de piloter le projet, émanation des 284 copropriétaires.
Insertion urbaine Le comité s’interroge aussi sur l’insertion urbaine de la tour et le devenir de l’esplanade. L’idéal serait que la tour et son parvis deviennent un trait d’union entre la gare Montparnasse et la rue de Rennes. La fréquentation de la gare Montparnasse, selon la SNCF, aura augmenté de 40 % dès 2020. La tour doit s’adapter à ces perspectives.
Or le centre commercial des années 1970 a vieilli. Il faut lui donner
de la transparence, repenser les flux, ouvrir le pied de la tour à tout le quartier, doter l’esplanade d’un espace dédié aux arts et à la culture en accord avec l’histoire du quartier, par exemple le Montparnasse des peintres.

Ces importants travaux ne pourraient être financés, d’après les premières études, que par une augmentation de 25 %, voire de 30 % des surfaces commerciales (actuellement 30 000 m² de commerces). La deuxième phase des études préliminaires se termine en fin d’année.L’année 2011 va être consacrée à mettre au point le projet de rénovation en accord avec les copropriétaires pour dialoguer ensuite avec les partenaires : Ville de Paris,
mairies des VIe, XIVe et XVe arrondissements, SNCF. Le projet pourrait
être bouclé en 2015 et le chantier débuter dans la foulée.

Télécharger le PDF
Aix les bains

La tourMontparnasse va briller en 2011

Le Journal de Paris - Jeudi 23 Septembre 2010

CHRISTINE HENRY

Le gratte-ciel parisien, qui revêtira un nouvel habit de lumière l’an prochain, devrait se doter d’une nouvelle façade. Et d’ici à 2020, d’importants réaménagements seront lancés.

Du nouveau sur la rive gauche ! La silhouette de la tour Montparnasse (XIVe-XVe-VIe) ne se fondra bientôt plus dans la nuit noire. Dans un peu moins d’un an, le gratte-ciel (qui culmine à 210 m) se détachera dans le ciel grâce à une mise en lumière nocturne permanente. Ceprojet
a été confié à l’Agence Lumière dirigée par Régis Clouzet. « Il n’était pas question de faire de la surenchère par rapport à la tour Eiffel, indique le concepteur. 
"J’ai choisi une scénographie sobre qui consiste à accrocher un petit
voile de lumière bleue sur les arêtes de la tour et le dernier étage (le 58e). Dès la nuit tombée, le sommet de la tour vibrera sous l’effet d’une pulsation lumineuse. A partir de minuit, la mise en veille nocturne laissera place à un simple silhouettage de l’édifice. »

Une consommation électrique de 5 kW par jour

Développement durable oblige, le projet est fondé sur une très faible
consommation d’électricité (5kWpar jour) grâce à l’utilisation de leds.
L’éclairage de prestige, qui était mis en service pour les grands événements, est aujourd’hui en veille. Trop gourmand en énergie (jusqu’à 300 kW par jour), il sera abandonné lorsque le nouvel éclairage sera installé. Ce projet de 1M€ devrait être finalisé d’ici la fin de l’année pour une mise en service prévue le 21 juin 2011, date de la prochaine Fête de la musique. Les premiers essais seront réalisés sur le site dans quinze jours.

Un autre chantier, de plus grande envergure, se dessine pourmoderniser la tour Montparnasse dans les dix prochaines années. Héritier de l’architecture des années 1970, l’édifice attend un coup de jeune. « Il est nécessaire que notre ensemble immobilier tende vers la mise aux
nouvelles normes définies entre autres par les Grenelle de l’environnement », explique Jacques Hornez, président de l’Ensemble immobilier tour Maine-Montparnasse. La tour pourrait se doter d’une nouvelle façade. Mais pour équilibrer cette opération très coûteuse, il faut créer un tiers de surface en plus (commerciale et de bureaux) sur ce site de 150 000m2. « Techniquement, il est impossible de surélever la tour. Et la construction d’une deuxième tour n’a jamais été sérieusement envisagée », a précisé Jacques Homez. Les nouvelles surfaces seraient plutôt aménagées sur les places du 18-Juin-1940 et Raoul-Dauty, le long des ruesduDépart et de l’Arrivée et sur la dalle. Le centre commercial doit être agrandi et modernisé et les voies de circulation repensées pour faire face à la hausse de 40 % de la fréquentation de la gare Montparnasse d’ici à 2020. Enfin, un musée consacré aux artistes du Montparnasse des années 1920 (Chagall, Modigliani, Picasso) pourrait voir le jour. Le coût de cette opération
est estimé entre 100 et 300 M€. Des négociations doivent être ouvertes
avec les 300 copropriétaires et la mairie de Paris.

Télécharger le PDF
Aix les bains

De nouveaux pinceaux de lumière sur la toile du parc Michallon

Les nouvelles de Grenoble - Jeudi 5 Octobre 2006

Richard Gonzalez

A l’heure où la nuit s’épanche enfin, c’est un spectacle inédit qui naît doucement entre les arbres et les sculptures du parc Michallon. Ici, des projecteurs savamment disposés au pied des troncs transforment les silhouettes végétales massives en hydres légendaires à la peau de velours. Là, ils embrasent les parterres de fleurs en jungles bleues ton
sur ton. Des diodes électroluminescentes tissent un drap de rêve pour les statues personnifiées. Le cèdre séculaire, figure tutélaire du quai Jongkind, creuse sa voûte comme un temple mystique. Et sur les vestiges des murs d’enceinte, d’immenses ombres projetées réinventent l’art graphique urbain en ciel d’étoiles et de filaments…
Sculpter l’ambiance du parc Tout le défi du projet a consisté à mettre en cohérence les lumières et le patrimoine sans contester l’éclairage fonctionnel. Faire surgir une poésie nouvelle sans sacrifier les réverbères utiles pour retrouver ses repères. Si possible aussi en utilisant les technologies nouvelles pour réduire la consommation énergétique.C’est un artiste spécialisé dans la lumière, Régis Clouzet,
qui a su tenir compte de toutes ces contraintes pour sculpter l’ambiance du parc.

D’une minutie extrême, son travail a porté jusque sur l’étude des
structures des écorces. Quatre mois auront été nécessaires à ce
chantier de 145 000 euros. Une collaboration étroite avec le service
des Espaces verts de la Ville a réussi à préserver les racines
et le feuillage des arbres. Tout le soin a aussi été apporté
pour valoriser sans les trahir les quinze oeuvres d’artistes serties
dans l’écrin vert. Les lumières qui se nichent autour d’elles respectent
scrupuleusement l’esprit dans lequel leurs auteurs les ont conçues.
Entre l’art évoqué par la nature et l’art imaginé par l’homme, les
nouvelles lumières ne choisissent plus : elles s’emparent de tout, pierre et végétal. Tout en préservant leur mystère, elles dessinent avec ces  matériaux des tableaux d’une richesse évocatrice insoupçonnée… !

Télécharger le PDF
Aix les bains

La parc Michallon sous les projecteurs

Le Dauphiné libéré - Vendredi 4 Aout 2006

Benoit PAVAH

En vous promenant en soi­rée te long fies quais, H se peut c|iic vous n'aviez jamais remarqué les quelques 16 000 m* de verdure qui ja­lonnent la route. Depuis 8 jours, le parc Albert Michal­lon, mitoyen du musée d'art moderne de Grenoble, ne peut pourtant plus passer ina­perçu : ses quinze sculptures et sa végétation s'illuminent dé sonnai s chaque soir jusqu'à minuit trente, sous le feu de dizaines de petits pro­jecteurs mis en scène par Régis Clouzet, on partenariat avec la ville de Grenoble, et les sociétés Cap Vert, Soge-trel et Citéos.


« Ce projet est au départ une commande du musée » a pré­cise Catherine Vcnturini, res­ponsable du service "rhéabilitation du patrimoine urbain", lors rie la visite du site, mercredi soir, par le maire, Michel Deslot. « Le parc était sous-uttlisé car peu connu des Grenoblois. Le but est de les inciter à découvrit les sculptures et de, valoriser l'espace ». L'éclairage, à la lois doux et discret, flirte avec: les œuvres et le feuillage des arbres, offrant au visiteur une vue inédite sur le parc. « Nous nous sommes servis d'un filtre véyétal naturel qui prolonge le lien entre les œuvres à travers les arbres. », a indiqué Régis Clouzet. « II fut difficile de faire vivre les sculptures clans leur globalité car elles sont noires».

Coût total de l'opération : 142.000 €.

Télécharger le PDF